lundi 20 mai 2019

Buddy Holly



   Je me souviens: cours élémentaires, mon glissement progressif vers la myopie. Cette peur panique de devoir porter des verres correcteurs, de devoir quitter le cocon factice de la normalité pour basculer vers le cercle hideux des "serpent à lunettes - euh - serpent à lunettes - euh". Ne rien avouer, tout cacher. Faute de pouvoir déchiffrer, finir le nez sur le tableau noir. Mot de la maîtresse, rendez-vous pris chez l'oculiste, montures sécu. Premier jour avec des lunettes: entre la joie de revoir et le désespoir d'être un bigleux pour toujours moqué... et puis, des mois plus tard, Buddy Holly et vouloir les mêmes montures que lui. Buddy Holly et la joie retrouvée.

vendredi 10 mai 2019

Shapiro bingo


    Cela fait un bail que Julia Shapiro écrit des chansons et monte des groupes (Elle officie dans Chastity belt, Childbirth et peut être bien dans deux ou trois autres...). Elle a démarré à Walla Walla une ville de l’État de Washington avant de rallier Seattle, la capitale. Elle offre des textes furieusement drôles, féroces ou tendres qu'elle mixe avec des mélodies aussi belles qu'une larme de Russe blanc. Sa voix sublime, sa façon de dribbler les genres ont la patate d'une centrale nucléaire qui serait fragile comme du verre. Une "Night Queen" dirait un fan de "Game of Thrones". Dans son nouveau clip - "A Couple Highs"- on la voit faire un bingo, prendre de l'essence ou partager un beignet avec son vieux chien. Génial.

mardi 23 avril 2019

   " Dans le monde renversé et délirant du néolibéralisme fascistoïde, les offenses en mots ont plus de réalité que les offenses aux corps. Des mains sont arrachées, des yeux éclatés, des vies brisées et cependant personne n’a encore traité de « vermines » Macron, Castaner et Nunes qui donnent les ordres. Doublement vermines dirait-on si l’on allait par-là, qui, dans des scènes proprement dystopiques, se rendent dans les écoles pour expliquer aux enfants qu’on ne tire qu’au torse et aux bras – pendant qu’ils laissent viser les têtes."

Frédéric Lordon