jeudi 26 novembre 2015

Vichy Pirate


« Une chose est de désigner la machine totalitaire, une autre de lui accorder si vite une victoire définitive et sans partage. Le monde est-il aussi totalement asservi que l’ont rêvé – que le projettent, le programment et veulent nous l’imposer – nos actuels « conseillers perfides » ? Le postuler, c’est justement donner créance à ce que leur machine veut nous faire croire. C’est ne voir que la nuit noire ou l’aveuglante lumière des projecteurs. C’est agir en vaincus : c’est être convaincus que la machine accomplit son travail sans reste ni résistance. C’est ne voir que du tout. C’est donc ne pas voir l’espace, fût-il interstitiel, intermittent, nomade, improbablement situé, des ouvertures, des possibles, des lueurs, des malgré tout. »

Georges Didi-Huberman "Survivance des lucioles"

lundi 26 octobre 2015

Choose Life

une pochette signée Regis Turner, ils ne se refusent plus rien

Samedi dernier au Chapelier Toqué, ces vieux fous de Puissant Domota lançaient leur dernier disque. Pour mieux faire passer la pilule, ils avaient invité deux coaches belges particulièrement gratinés, Alek et ses Japonaises.  A coup de casios, de mélodies sirupeuses et de tapis de sols, les deux zigues ont réussi à faire exécuter un roulé-boulé à une collection de gamins sous Plan B et de retraités du twist. On pataugeait dans la sueur, la disco et le phéromone: je me suis fait voler mes deux protections d'oreilles et m'en suis aperçu une fois au lit. Question guérilla, les Domotas sont bien pires que les touaregs. Ça fait des années qu'ils tiennent cette ville par les lobes. Ils ont changé de nom x fois et utilisent leur pouvoir d'achat à faire chier les Tristus. Quand ils repèrent une trentenaire ou un quadra savourant ses cordons HI-FI made-in Rue du Port et qui coûtent un bras, ils lui glissent derechef un 33 Tours, une cassette ou un CD de leur confection. Leurs CD, c'est comme un virus: en général, c'est la membrane qui part en premier. Ensuite, la tête de lecture se met à radoter. Vous pouvez dès lors jeter votre pikeup sur les municipaux. Comment qu'ils font ? Je n'en sais rien. Mais le plus affreux, c'est quand la lune vire mélancolique et que les petits enfants se dépêchent de rentrer chez eux pour échapper au fantôme de Jay-Z, les Domotas se mettent alors à chanter des ballades, ou des furies sans queue ni tête, sans balance, sans étude de marché. Alors les DRH se jettent du haut du Costa Concordia, l'escadron d'éclairage et d'appui de la 7eme DB se met en grève et Olivier Bianchi ci-devant Maire visse le disque "Choose Life" sur un satellite en partance pour les confins de l'univers, histoire qu'on sache ce que fut l'humanité de Clermont-Métropole. Une dernière précision: au moment de souffler leurs quarante bougies, les Domotas se révèlent être les derniers shouters de Rythm'n Blues encore en activité ainsi que les nouvelles sensations jazz, électro, rock, punk, folk du moment.

lundi 12 octobre 2015

l'économie vue par un américain

L’économie n’est rien d’autre qu’une prise d’otages, dans laquelle la majorité de la population est violemment asservie par une petite minorité. Dès que l’accumulation du profit est remise en cause, que ce soit par des facteurs contingents (par exemple, la pauvreté d’une zone géographique) ou intentionnels (comme la résistance d’une population), ceux qui détiennent le pouvoir (les plus riches) commencent à tuer les otages.
C’est précisément ce qui est advenu au cours de la restructuration économique des cinquante dernières années. Certaines régions qui résistaient à la baisse des salaires, au démantèlement des services sociaux, à l’exportation ou à la mécanisation des emplois et à la privatisation des services publics ont été littéralement sacrifiées. Le paysage américain contemporain se trouve ainsi jonché de cadavres : Détroit et Flint (Michigan), Camden (New-Jersey), Athens (Ohio), Jackson (Mississippi), les villes minières de l’Ouest de la Virginie et le Nord du Nevada.

Phil A. Neel  "Why Riot"

dimanche 4 octobre 2015

Les Kokomo's au Blizart



Notre tournée d'automne continue, après le Gatering Café d'Héricourt nous serons au Blizart Café de La Chaise Dieu Vendredi prochain

lundi 21 septembre 2015

Un Samedi de 82



     Un samedi de 1982, alors que je glandais devant "Décibels", une émission musicale d'Alain Maneval le clip d'"Acteurs" est passé pour mon plus grand plaisir : il y avait donc une vie après Téléphone et Trust. Les années ont passées, comme moi Aubert et Bernie pètent les scores de cholestérol mais ça ne m'empêche aucunement de vous proposer une reprise de ce mini-tube d'Octobre, un combo éphémère et talentueux né des cendres de Marquis de Sade.