mardi 3 juillet 2012

Sarot, berger des mots


   Cyril C. Sarot, vous êtes le berger noctambule des mots. Quand le bourgeois s'endort, fatigué d'industrie et de vitesse, vous quittez votre étable pleine de petits mots à naître. Comme vous l'aimez votre troupeau ! Qu'une image soit un peu faible et vous la prenez sur vos épaules pour qu'elle puisse prospérer plus tard. Vous pourriez choir sous le poids car votre coeur a gelé, puis s'est réchauffé puis a regelé plus qu'à son tour. Mais votre caractère bannit toutes les pommades. Fi des peines : les dormeurs ne verront jamais que le Temps marche à vos cotés. De ce golem brutal que vous n'avez jamais cherché à dompter, vous vous êtes fait mieux qu'un allié : un ami. Alors il vaut mieux que les gens dorment car en ces temps de tweet effréné ce prodige ne serait pas compris. Et par dessus le marché obligataire, vous collez des photos de bicyclette ou de bonobo sur vos pochettes surprises ! Vous avez bien raison : à bicyclette, on ne doublera jamais la mort mais on aura le temps de la voir venir. Et le plus modeste des bonobos a compris la vie un peu plus intensément que ces deux vieux cons de Brel ou de Ferré.
   Tiens : vous, vous devriez être millionnaire. Mais je sais bien que vous vous en foutez ! Par contre, un jour, vous aurez une fille. Elle parlera de vous aux biographes. Elle leur dira : "Papa connaissait toutes les pirates, toutes les marquises. Et il n'était que berger..."


1 commentaire: