jeudi 19 septembre 2019

Harriet et les ballets du Marquis

La ballerine Harriet Toby
par Sam Lévin

    Il fut un temps où les danseuses étaient aussi adulées que les stars R'n'B d'aujourd'hui. A l'aube des fifties, Harriet Toby est l'une de ces étoiles que l'agha Kan ou l'ouvrier de chez Renault viennent applaudir en réclamant un autographe sur n'importe quel support. Très jeune, elle intègre les Ballets de Monte-Carlo dirigés par le fantasque Marquis de Cuevas. La discipline y est rude, le rythme épuisant. Chaperonnée par ses parents, elle y mène une vie de vagabonde mondaine quittant Cannes pour Londres et bientôt Londres pour New York. Parfois les Ballets sont à court d'argent et le marquis doit prendre un avion pour aller se renflouer auprès de son épouse (une richissime Rockefeller qui n'apprécie que modérément la passion de son mec pour les petits rats). Qu'importe : le marquis trouve de déchirants accents de sincérité et Harriet peut redevenir "Gisèle" ou la princesse du "Lac des Cygnes". Dirigée par de distingués chorégraphes exigeant du bout des lèvres la perfection, elle interprète également des œuvres contemporaines.  Remettant sans cesse l'ouvrage sur le métier en ignorant les douleurs comme un boxeur, la jeune femme n'a pas si souvent l'occasion de s'amuser quand l'intrépide et follement drôle Lise Topart déboule dans sa vie. Elle aussi a démarré tôt une carrière qui lui laisse parfois des bleus. En ce début mars 52, Lise vient de jouer à Nice "Marée d'automne", adaptation d'une pièce de Daphné du Maurier. Elle a du faire le siège du metteur en scène qui la "trouvait très bien, très talentueuse" mais ne la voyait pas dans cette création. De son coté Harriet termine une éprouvante saison cannoise en virevoltant sur "Del Amor y de la Muerte". Ayant quelques heures devant elles, les deux amies décident de rallier Paris par un vol matinal. Hélas, leur avion n'arrivera jamais à destination.
   "La veille, Harriet avait posé ses chaussons sur une table et ça porte malheur!" se souviendra un partenaire...

lundi 16 septembre 2019

"Aucune logique d’élimination. Juste une sorte de « dommage collatéral », de gommage indolore des faibles de toutes sortes, des démunis. Au profit de la société triomphante des premiers de cordée parcourant le monde sur les ailes dorées des taux de rendement. Et des parachutes de même couleur. Arno Breker en avait sculpté l’imposante stature, il y a plusieurs décennies. Un regard suffit pour constater qu’ils sont encore en marche. La suite, on la connaît."

Madeleine Micheau
Février 2019

vendredi 13 septembre 2019


Cavalerie et artillerie wurtembergeoise
sous le Premier Empire
par Liliane et Fred Funcken

jeudi 12 septembre 2019

Trois super-synthés gratuits, déjà anciens (c'est du 32 bits)
"Angel" de chez Gyl synths, "Ele-mints" de chez KBrown
et l'"UltraSonique" d'EVM

mardi 10 septembre 2019

La foudre tombe sur Rome

Au centre sur un cheval blanc, Hannibal
à genoux, un éclaireur libyen
le fantassin de gauche porte le bouclier de parade d'Hannibal
qui représente la massue d'Hercule
Illustration : Guiseppe Rava


    Hannibal ne fait pas parti de ces généraux lointains qu'on ne voit qu'aux parades. Il campe au milieu de ses hommes, se fait soigner avec eux et vient l'épée à la main relever le moral aux points les plus chauds du combat. Il bénéficie d'un solide réseau d'informateurs et d'éclaireurs (andalous ou libyens) qui lui permet d'avoir toujours un ou deux coups d'avance sur ses adversaires. Polyglotte, il est l'un des premiers grands stratèges à commander avec succès une armée multi-nationale dont les soldats proviennent des deux rives du monde méditerranéen.

lundi 9 septembre 2019

Lise Topart dans "Le voleur d'enfants"
1948 - Théâtre de l'Œuvre
Photographie : Clifford Coffin

      Dans cette pièce de Jules Supervielle, Lise incarne une jeune femme vendue par son père à un vieil excentrique en mal de paternité. Le portrait est signé Clifford Coffin, alors photographe-vedette chez "Vogue" depuis quelques années.

samedi 7 septembre 2019

jeudi 5 septembre 2019

Écrire c'est inaugurer un système autoritaire
qui traque la phrase en trop et le mot parasite
_

Deux saisons sous les toits
Tu entends constamment le frigo : été
Tu ne l'entends plus : hiver
_

"Et puis qu'on ait ou non vendu son chinchilla, 
son hermine ou son phoque
Il vous reste, du moins, cet amer plaisir-là, 

vitupérer l'époque !"
  
in "Les Fourreurs" - Aragon 

mercredi 4 septembre 2019

mardi 3 septembre 2019


Auteur & Compositeur : Georges Plonquitte 
Album :"Georges Plonquitte & Cie" (1978) 
 Disques Debs HDD 642

mercredi 28 août 2019

La Font de l'Arbre
 Aout 1911
Photo : Auguste Léon
Collection Albert-Kahn

lundi 26 août 2019

Olga Nikolaïevna de Russie
Photographiée par sa sœur Anastasia
sur le yacht impérial

Anastasia Nikolaïevna de Russie et ses toiles
Photographiée par sa sœur Olga
1912

mardi 20 août 2019

"La Révolution n'a été faite et soutenue que par les dernières classes de la société, par les ouvriers, les artisans, les détaillistes, les agriculteurs, par la plèbe, par ces infortunés que la richesse impudente appelle la canaille et que l'insolence romaine appelle des prolétaires. Mais ce qu'on n'aurait jamais imaginé, c'est qu'elle s'est faite uniquement en faveur des bourgeois"

Marat - "L'Ami du Peuple"- Numéro de  Juillet 1792

lundi 19 août 2019

dimanche 18 août 2019

vendredi 16 août 2019


Saffiyah Khan à Amsterdam
en tournée avec The Specials
Printemps 2019

samedi 10 août 2019


Des gosses de Londonderry défient un factionnaire britannique 
Photo: Michel Lipchitz
13 avril 1972- Irelande du Nord


vendredi 9 août 2019

dimanche 4 août 2019

Stella Mozgawa du groupe Warpaint

" Etre une musicienne de session très demandée, c'est ne plus s'appartenir vraiment au bout du compte. Tu as l'impression d'être un de ces candidats de jeu TV qu'on emprisonne dans un tube plein de fric."

mardi 23 juillet 2019


Adrianne Lenker chanteuse, guitariste, voyageuse

"J’aimerais me trouver un petit endroit romantique pour me concentrer sur l’écriture. Et puis je voudrais aussi apprendre le français."

jeudi 11 juillet 2019



"  L'Affaire (Dreyfus) fut une crise humaine, moins étendue et moins longtemps prolongée mais aussi violente que la Révolution Française ou que la Grande Guerre. Quel est le signe le moins incertain de ces crises de passion collective ? C'est, à mon sens, ce que j'appellerai la dépréciation de la valeur vitale. Suivant les périodes, les états, les moments, les hommes attachent plus ou moins de prix à la vie, à la leur propre comme à celle des autres."

Léon Blum - souvenirs sur l' Affaire - 1935

  

lundi 24 juin 2019

Slits

     Viv Albertine, guitariste des Slits
    
    "Un jour, nous étions au programme d'une émission de télé hollandaise avec la sœur de Mike Oldfield, Sally. Elle venait de sortir un 45-tours (Mirrors). Vêtue d'une robe paysanne bohémienne, Sally gazouillait d'une voix chuchotée de petite fille. Après l'émission, on est allées la voir pour lui dire qu'elle était une merde, qu'elle accumulait les stéréotypes et ne rendait pas service aux filles, qu'elle ferait bien de se demander ce qu'elle fabrique vraiment, ce qu'elle projette d'elle-même et de faire preuve d'un minimum d'honnêteté à son propre sujet. Elle a fondu en larmes. On fait tout le temps ce genre de trucs."

Viv Albertine, "De fringues, de musique et de mecs"

jeudi 20 juin 2019

Sharon Sheeley et Eddie Cochran

   A peine âgée de dix-sept ans, Sharon Sheeley créé des chansons qu'elle propose à Rick Nelson ou à d'autres "teen idols". Avec le succès de "Poor little fool", elle devient la première femme à placer un numéro Un de sa composition dans le Hit-Parade américain. Devenue familière du petit monde rock'n'roll de la côte ouest, elle finit par croiser Eddie Cochran lors d'un réveillon. Ils deviennent amis et travaillent ensemble, Sharon lui écrivant "Cherished memories", "Hurry up" ou encore "Love again" qui sert de face B à "Summertime Blues". Le cliché est pris chez elle, à Los Angeles, sans doute par sa sœur ou par Guybo Smith, le bassiste d'Eddie. Peut-être sont-ils en train de répéter "Something else"
 


mardi 18 juin 2019

Le lancier Dreuze du 2eme Régiment de Chevau-légers lanciers de la Garde
(Daguerréotype colorisé)

      Le portrait de cet élégant vétéran des guerres napoléoniennes  date du début du Second Empire. Le lancier Dreuze est censé porter la grande tenue des "écrevisses" (c'est ainsi qu'on surnomme les lanciers du 2eme): coupe à la Kinski mêlant l'écarlate au bleu impérial. Mais, selon certains spécialistes, plusieurs éléments de l'uniforme semblent constitués de pièces contemporaines à la photographie. Les épaulettes, par exemple, seraient d'un modèle trop récent. Il est probable que notre cavalier ait fait refaire une partie de son uniforme pour la circonstance : depuis 1815, soit quarante ans avant la séance, le tissu a eu tout le temps de s'user et les mensurations du propriétaire ont pu changer. Cependant, à la différence de nombre d'uniformes du Premier Empire reconstitués de nos jours, celui-ci semble plutôt confortable et conçu pour chevaucher à l'aise un jour de revue.

lundi 10 juin 2019

La comédienne Ann Zacharias

     Au temps du cinéma muet, "L'aile ou la cuisse" aurait été quasi-parfait. Ann Zacharias (alias Marguerite, secrétaire intérimaire) y partage l'affiche avec deux mimes géniaux, Coluche et De Funès, que les scénaristes - hélas ! - rendent trop bavards.

vendredi 7 juin 2019

Buddy Holly


 "Nous étions pris dans une tempête de neige, les arbres pliaient sous le vent, il faisait moins trente et la neige tombait si fort qu'on ne voyait plus la route. Buddy et moi étions blottis sous une couverture et, pour passer le temps, je racontais des histoires du Bronx et lui des histoires de baptistes de Lubbock. Une bouteille de scotch tournait. Le 31 janvier 1959, un samedi soir, nous avons eu foule à Duluth. Le lendemain matin dimanche, rebelote en bus pour Appleton et Green Bay (Wisconsin). En descendant vers Appleton, le bus est tombé en panne vers quatre heures du matin. Nous étions au milieu de nulle part dans l'obscurité totale. On a eu tellement froid qu'on a commencé à brûler des journaux dans le couloir du bus et quelqu'un a dit :"Merde, si ça se trouve nous serons tous morts dans deux heures".

Dion Di Mucci

mardi 4 juin 2019

Calmos

De haut en bas et de gauche à droite : Debbie Harry, Viv Albertine, Siouxsie Sioux,
 Chrissie Hynde, Poly Styrene et Pauline Black
Photographe: Michael Putland - Londres, 1er Aout 1980.

Profitant d'une pause entre deux concerts de Blondie, Debbie Harry organise une réception dans un hôtel de Londres rassemblant les sorcières qui se sont penchées sur la marmite du punk.

mardi 28 mai 2019

"Si j'étais resté fils de charcutier, on aurait eu moins de problèmes"
Alain Delon

dimanche 26 mai 2019


                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    
Mary Robinson
comédienne britannique 
par John Hoppner
1782


mardi 23 avril 2019

   " Dans le monde renversé et délirant du néolibéralisme fascistoïde, les offenses en mots ont plus de réalité que les offenses aux corps. Des mains sont arrachées, des yeux éclatés, des vies brisées et cependant personne n’a encore traité de « vermines » Macron, Castaner et Nunes qui donnent les ordres. Doublement vermines dirait-on si l’on allait par-là, qui, dans des scènes proprement dystopiques, se rendent dans les écoles pour expliquer aux enfants qu’on ne tire qu’au torse et aux bras – pendant qu’ils laissent viser les têtes."

Frédéric Lordon

mardi 16 avril 2019

Notre-Dame



"Dès que quelque chose s'écroule, il se trouve toujours un con pour jouer du violoncelle"

Smack

mercredi 10 avril 2019

   Ceux qui peuvent se vanter d'avoir su déjouer une manoeuvre de Talleyrand ne sont pas légion. Louis XVIII est de ceux-là. Après Waterloo, le roi a l'intention de revenir le plus vite possible à Paris. Talleyrand veut conserver la mainmise politique et l'en dissuade ...

 

   Guidé par un instinct très supérieur aux raisonnements de Talleyrand, Louis XVIII était ardemment déterminé à rentrer à Paris le plus tôt possible, d'une façon ou d'une autre. Il fit sentir à son ministre que le conseil n'était pas de son goût. Talleyrand essaya de l'intimidation : 

- "Si Votre Majesté persistait dans ses projets, il me serait impossible de continuer à diriger ses affaires et je demanderais la permission d'aller aux eaux de Carlsbad."

- "Ces eaux sont excellentes, dit tranquillement le roi ; elles vous feront du bien. Vous nous donnerez de vos nouvelles."

Et il regagna sa voiture accompagné jusqu'au bas du perron par le prince de Talleyrand ébahi, muet, étouffant de colère.

 

1815 La seconde abdication par Henri Houssaye 

 

lundi 1 avril 2019

" Spéculer sur l'avenir du macronisme, c'est spéculer sur l'avenir des techniques répressives: jusqu'où est-il prêt à aller ? "

Emmanuel Todd

 

" Entre deux cons je suis toujours du coté de celui qui est communiste "

Reiser

dimanche 10 mars 2019

Bree McKenna, Lelah Maupin,Emily Nokes et Eric Randall du groupe Tacocat

 

"J'ai eu "Twin Peaks" en coffret de six cassettes VHS posé dans un coin de ma chambre pendant environ cinq ans. Je l'avais trouvé dans une solderie et je me suis dit: "Tiens, ça vaut peut-être la peine d'être visionné !". Ce que je n'ai jamais fait. J'ai fini par donner le coffret à un pote qui possède toujours un magnétoscope"

 

Lelah Maupin, batteuse de Tacocat

mercredi 6 mars 2019

  Enregistrement du troisième album des Kokomo's. On a fait le plus gros ce week-end dans un studio flambant neuf niché dans La Roche-Blanche. Il nous reste à rajouter les guitares additionnelles, les choeurs et les percus . Je pense que le résultat sera très surprenant: pas mal  d'instrumentaux et de chansons au style indéfinissable. Bien loin du rockabilly en tout cas.

  A découvrir cet automne...


vendredi 1 mars 2019

 

"Nos meilleurs concerts c'est quand tout le monde dans le groupe est sobre sauf moi"

 

Julia Shapiro, chanteuse de Chastity Belt

jeudi 28 février 2019

Bouteflika


  

Brillant, charmeur et un brin inquiétant tel apparaît Abdelaziz Bouteflika au micro de la télé suisse en 1967.

vendredi 22 février 2019

   Infanterie de marine par Louis Bombled

Infanterie de ligne et Garde Impériale par Louis Bombled    

 

     L'armée Napoléonienne n'est pas un bloc monolithique sorti tout armé de la cuisse de Napoléon. Elle est l'héritière des armées révolutionnaires et l'égalité y reste férocement célébrée. On n'aime guère les avantages dont bénéficient ceux de la Garde qu'on surnomme par dérision "Les Immortels".  On y hait les curés et les "culs-blancs" qu'on a fusillés ou allègrement enfumés  en Vendée. Du reste, on se souviendra des méthodes appliquées dans le bocage pour venir à bout des insurgés espagnols comme bien plus tard des tribus algériennes. Si en quinze années de Consulat et d'Empire la physionomie  de l'armée impériale évolue, bien des soldats continuent de se voir en bras armé et politique du peuple souverain. Et ce peuple là n'est pas forcément celui des bons bourgeois qui paient des remplaçants à leurs fils ou les casent à grand' frais dans les ambulances. Les législatives de mai 1815 révèlent une majorité libérale qui se passerait bien de Napoléon mais aussi des régiments moins favorables au régime que ce que l'on pouvait espérer. L'armée conserve de fortes sympathies républicaines et entend bien le faire savoir à un empereur qui lui doit son retour. Vexé et inquiet, celui-ci ne lâche pas la bride à des subordonnés qu' il noie sous les recommandations ou qu'il imagine en possibles rivaux.  Cette raideur lui coûtera la campagne de Belgique.

lundi 21 janvier 2019

     Saffiyah Khan, une citoyenne de Birmingham, s'est fait connaître du public en venant en aide à une musulmane agressée par des nationalistes. Continuant sur sa lancée, elle vient tout juste d'enregistrer "The ten commandments of Saffiyah Khan", un manifeste anti-patriarcal qu'on peut retrouver sur le nouvel album des Specials.

samedi 5 janvier 2019



   Tai-Luc, chanteur et parolier de La Souris Déglinguée, est certainement l'une des figures les plus sous-estimées de la chanson française. Il a pourtant le talent de savoir camper, en quelques mots simples, des personnages et des situations qui semblent immédiatement vivantes et familières. Il aborde avec maestria la quête de l'identité, le racisme, le colonialisme, le salariat ou la misère des jeunes (et des moins jeunes) en ville. Il croque avec acuité les rues et les boulevards d'un Paris post-colonial et en délivre une étude qui  n'est jamais chiante, privilège rare pour une science aussi austère que la sociologie. C'est avec joie que je vous propose huit versions revisitées de morceaux de La Souris Déglinguée.