vendredi 28 décembre 2018

Où sont les anars d'antan ?

Où sont les anars d'antan
Qui s'en venaient vitupérant
Montrer leurs fesses gentiment
Aux percepteurs des perceptions
Aujourd'hui le moindre quidam
Sitôt qu'il endosse un gilet
Devient tout feu, devient tout flamme
Et fout les chocottes au préfet
Rendez-nous Louise Michel !
Buenaventura Durruti !
Policier ne nous laisse pas seuls
Face à la haine du gagne-petit !

 

Où sont les anars d’antan
Qui montaient haut leurs barricades
Dans les faubourgs et crépitant
Loin des moulures et des arcades
Aujourd’hui le péquin moyen
A revu sa géographie :
Il fout la frousse au citoyen
Et traîne entre Étoile et Neuilly
Rendez-nous Louise Michel !
Buenaventura Durruti !
Policier ne nous laisse pas seuls
Face à la haine du gagne-petit !


Où sont les anars d’antan
Qui avaient bien plus de rigueur
Quelques leaders théorisant
Et des bombes explosant à l’heure
Aujourd’hui avec ces rustiques
L’inattendu n’est jamais loin :
L’apolitisme est politique
Et la Commune est aux ronds-points
Rendez-nous Louise Michel !
Buenaventura Durruti !
Policier ne nous laisse pas seuls
Face à la haine du gagne-petit !

lundi 17 décembre 2018

dimanche 16 décembre 2018

Un moloch en slip

    Il a suffit de quinze jours pour que "ceux qui ne sont rien" reprennent les clefs. Dès le 1er Décembre, le couple Macron est prêt à fuir son palais en hélicoptère, idem le 8. Pas mieux que les Ceaucescu. Au coeur de l'hiver et sous nos yeux ébahis, le moloch s'est retrouvé en slip.

mercredi 12 décembre 2018

Sagesse populaire

"Le terrorisme est au pouvoir ce que les gaz d’échappements sont à la bagnole" 

vendredi 7 décembre 2018

Bon baisers... à lundi !

    Macron ne causera donc que lundi, histoire de ne pas "envenimer les choses". C'est reconnaître que le café fout le camp et qu'il n'a plus accès à la gazinière. Il n'est pas le seul. Mis à part les "forces de l'ordre"  - tant qu'elles sont encore fidèles au régime - plus grand' monde n'y a accès.

mercredi 5 décembre 2018

Nouveau monde ?

    Quelle déconvenue pour le petit génie de la politique : le voici obligé de demander aux vieux partis de lancer un appel au calme ! Pendant ce temps les bahuts et les préfectures s'enflamment tandis que la troupe, fatiguée et en sous-effectif, avoue ne plus en pouvoir. Finalement, le "nouveau monde macronien" n'était pas plus solide qu'un vieil immeuble marseillais.