samedi 13 octobre 2018

Maison du Roi: Mousquetaires Gris 1814-1815



         Lors de la première Restauration (avril 1814 - mars 1815) Louis XVIII souhaite retrouver une maison militaire digne d'un roi. Question de prestige mais aussi de sécurité: l'ancienne armée impériale n'est pas sure et le souverain a besoin de gentilshommes sur qui compter. On voit alors reparaître les fameux Mousquetaires, dignes descendants de d'Artagnan. L'uniforme "new look" n'est pas sans évoquer la garde anglaise et pourrait faire tiquer le badaud chauvin, cependant le rouge est la couleur traditionnelle de la Maison du Roi. Le régiment se divise en deux compagnies: les "gris", montés sur de magnifiques chevaux gris et les "noirs" sur de superbes étalons noirs. L'illustration montre différentes tenues de la première compagnie "grise": grande tenue de service avec soubreveste bleue frappée de la fameuse croix; tenue bleue de manège; tenue de société avec bas blancs; un porte étendard et un trompette et sa belle crinière rouge. Les nouveaux mousquetaires auront une existence éphémère: ils accompagneront le roi lors de sa fuite à Gand (mars-juin 1815) et seront dissous dès l'automne.

jeudi 4 octobre 2018

lundi 1 octobre 2018

Marvellous box set

    En matière de Rock'n'roll, préférez l'original aux mauvaises copies franchouillardes. Voici un super coffret d'Eddie Cochran qu'on m'a offert l'année de sa sortie (en 88 donc) et que tout amateur d'archéologie proto-punk trouvera sans trop de problèmes sur les sites d'occasions.
      Le son y est superbe, les idées simplissimes et géniales, la coupe de cheveux impec' et la gretsch flamboyante. Il contient un chouette livret en anglais rempli de photos rares et d'infos dont une discographie complète, un répertoire des sessions d'enregistrement avec le personnel présent et une liste exhaustive des prises.

vendredi 14 septembre 2018

No fun

    J'aimerais avoir de l'humour pour évoquer l'installation du bastion social dans ma rue mais il n'y a rien de drôle à constater que la liste des blessés s'allonge. Rien de drôle quand le ministre Collomb laisse le contrôle des frontières aux fascistes. Rien de drôle quand Macron - le sinistre chefaillon de Benalla la matraque - fait coller à la va-vite une croix de lorraine sur le logo élyséen. Comme si, aussi fort en gueule soit-il, il doutait de sa légitimité. Rien de drôle non plus à voir Mélenchon dilapider son crédit en cinq minutes.

mardi 11 septembre 2018

Chastity Belt

Lydia Lund, Julia Shapiro, Gretchen Grimm et Annie Truscott

   

 Les punks nous reviennent. Mais cette fois-ci, elles sont vraiment drôles et véritablement issues des quartiers ouvriers de Walla Walla, Etat de Washington. Chastity Belt a sorti un chouette album l'automne dernier intitulé "I used to spend so much time alone". Elles chantent les salopes, la solitude, la solitude des salopes ou encore Steve McQueen (une vedette porno pas le gars d'"Au nom de la loi").

mercredi 29 août 2018

    Un peu moins qu'un gouvernement mais un peu plus qu'un comptoir central des bazars. Voilà ce que quitte Hulot. Il en chouinait en direct sur France Inter tout en maudissant un capitalisme qui grignote la planète et ses habitants aussi surement qu'un chancre. "Nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude".

vendredi 17 août 2018

Landlord

   Mon tout premier disque. Le morceau de la face B -"Landlord"- est un cataclysme. C'est une compo de Stewart Copeland qui fait partie des quelques titres enregistrés avec le guitariste Henri Padovani dit "Le corse volant". Ces lascars furent de sacrés profs de musique pour les gamins du globe. Je passais des heures à ne pas comprendre les parties de caisse claire ou de hit-hat pour tenter de les reproduire sur ma trousse de collégien. Je reste toujours baba devant les parties de basse. Ça groove tout en restant simple car Sting n'oublie pas qu'il doit chanter en les jouant. Sans parler de la guitare capable de passer d'une couleur jazzy à un orage surréaliste sans perdre une miette de cohérence. Le tout à une heure de grande écoute.

jeudi 16 août 2018

Baggy

    Il n'a pas existé d'équivalent en France et c'est bien dommage. Quand t'es gamin, suivre et aimer un groupe qui ne te prends pas pour un(e) con(ne), c'est pas rien. Vous allez me dire qu'on avait Trust ou Téléphone mais, à mon goût, ça puait trop la testostérone ou le rock qui se la raconte. D'instinct j'ai aimé les gars de Camden. Bien plus tard j'ai saisi leur poésie, leur drôlerie et leur description féroce de l'Angleterre  tatcherienne.

mercredi 15 août 2018

56 - 58

    Ma pochette préférée n'illustre pas un simple mais un coffret de 33 tours. Une mine d'or  qui regroupe une sélection des trois premières années d'enregistrements de Gene pour Capitol. Je n'avais pas acheté ce coffret gonflé à bloc de pépites en 1984, malgré ma tronche à la Tex Avery au moment de sa parution. Jusqu'au jour où, trente ans plus tard, un ami me l'offre pour mon annif'. C'est chouette la télépathie.


L'amour gardé secret

     Tel que vous me voyez, j'ai pas toujours craché dans la soupe d'hélicoptère aux vrais morceaux de chanteur. Comme tant d'autres, j'ai versé mon obole au rebelle cathodique. "Soulève moi" raconte l'histoire d'un jeune salarié qui tente d'oublier son tripalium dans les bras d'une prostituée cornaquée par les schmitt. Il y a la dedans une description d'un Paris chiraquien qui dépasse en horreur les pires bouges de Game of thrones. J'ai jamais compris qu'on ne l'ait pas censuré ( Ben quoi ?! En pleine guerre du Golfe les socialistes ont bien censuré une chanson de Pauline Ester...). La face B nous apprend que l'amour gardé secret ne sert à rien.
     Et tu le sais bien.
      

Rocking with my radio

    Réussir une chanson qui pétille comme un Schweppes et vous donne la tape sur la fesse qui vous poussera vers la piste de danse en évoquant la mort de John Lennon est un véritable tour de force. Un vrai miracle que Lesley Jane a accompli haut la main avec ce "Rocking with my radio". Le petit synthétiseur est aussi léger qu'une pâte à crêpes tandis que la guitare ( avec chorus obligatoire en ces années New-wave ) évoque les vagues d'un infini sidéral. Le slow de face B gribouille à la va-vite une rentrée d'automne dans le brouillard: deux cahiers à spirales, un classeur avec pochette d'oeillets et ça repart !

mardi 14 août 2018

Banana

    Juin 80: à la téloche, Dalida et Sheila rament sec pour conserver un semblant d'auditoire chez Guy Lux. Ce n'est pas que l'une ou l'autre soit moins jolie ou moins intelligente que la petite nouvelle, mais voyez vous la petite nouvelle c'est autre chose. D'abord Lio a mon âge, à peu de choses près. Ensuite, elle est véritablement fille de Barbarella. Pleine de gourmandise et d'humour bien qu'ayant assimilé le "Capital" à quatorze ans, elle réinvente le jerk en attendant la bombe. Après un hyper-calorique "Banana split" qui aurait du l'étouffer dans l'oeuf elle confie son destin à Jacno, prophète du punk chic et de l'électro bricolo. Quarante ans plus tard, ces "Amoureux solitaires" n'ont pas pris une ride.

lundi 13 août 2018

Gangsters

    "Mais qu'est-ce-que c'est que ça ? C'est pas du reggae ! ça va trop vite ! c'est trop saccadé !". On s'en fout, j'aime tout: la pochette, la basse, la batterie, la mélodie, le démarrage sur crissements de pneus avec la voix tonitruante: "Bernie Rhodes don't argue !" ( Bernie Rhodes, c'est le manager des Clash que les Specials viennent d'envoyer se faire foutre) et la face B, instrumental génial de Neol Davies le guitariste du Selecter.

mercredi 25 juillet 2018



(...) Or, l'amour est une catastrophe imprévisible. Jamais on ne l'attend ni on ne le voit arriver. Il peut s'abattre sur nous après les pires épreuves. Il est comme les fleurs qui poussent dans les ruines. Il peut même éclore chez un couple qui ne cherchait en se mariant qu'une protection contre l'amour.(...) Un auteur a écrit une phrase que les mariés devraient sérieusement méditer : "Il faut profiter de la guerre, car la paix sera trop longue." En effet, elle sera longue comme l'interminable nuit qui suit notre disparition, longue comme l'oubli, longue comme une vie sans chagrin d'amour.

Marcela Iacub

mercredi 18 juillet 2018

Aaa

Dessin de Mel Nelson
  C'est l'été, saison parfois synonyme de détente au bord d'une rivière, d'une piscine ou d'un océan. Endroits rêvés pour écouter les chansons rassemblées au sein d' "Aaa", ma nouvelle livraison sonore. Vous allez y danser le twist avec Pascale Ogier, vous faire la belle avec Albertine Sarrazin ou prendre le train de minuit avec Billie Holyday. De quoi vous occuper pendant vos congés. A un moment, vous allez y entendre une mini-symphonie riquiqui intitulée "À quelques encablures de l’interdiction ferme, radicale, définitive, de vivre dans un but non lucratif". J'ai piqué cette phrase à mon camarade Cyril C.Sarot. Je lui ai également emprunté une chanson "Y'a du boulot" présente dans son premier recueil "A c'qu'i' paraît". Vous allez aussi entendre les voix de Mel Nelson - qui m'a offert la très belle pochette - et de Lili Piroche sur deux anciens titres que j'ai réorchestré pour l'occasion "Little wings" et "Billie". Bref, vous allez avoir la chance d'être en très bonne compagnie. En ces temps de national-libéralisme, ce n'est pas si fréquent.

lundi 28 mai 2018


    Le ministre Collomb aura abandonné le contrôle de la frontière alpine aux milices fascistes pendant une bonne quinzaine de jours. Un bien triste exploit.

mercredi 23 mai 2018

Princeps

   Il y a bien longtemps que la toute petite noblesse de robe n'avait pas connu l'apothéose d'un véritable "Princeps", jeune prince rassurant dur aux pauvres et cajolant le riche. César sachant lire les augures et manier le poulet sacré comme personne. Prompt à dépêcher ses prétoriens dans les lycées désobéissants, chez les fermiers non recensés comme chez l'étudiante qui ne vénèrerait pas la tablette autrefois touchée par Steve Jobs. Un bien bel homme avec de l'Histoire plein son claque-merde qu'il déverse  sur les chômeurs, les caissiers et les cheminotes pour leur expliquer qu'ils ne cadrent plus avec le nouveau papier à fleurs vénales.
  

lundi 30 avril 2018

Too much pressure



  J'ai aimé The Selecter dés leur apparition en B'side des Specials au début de l'été 79. Le soleil me voyait pédaler sur ma bécane de première communion avec pour fond sonore The Specials, Madness et Police. Y'a pire comme situation.

dimanche 11 février 2018

Santo subito

   Voici sept ans à l'automne 2011, je réalisais avec des câbles fabriqués maison et un micro-jouet mon premier recueil de chansons "Santo subito". Depuis, cette passion des chansons fabriquées sur ordinateur ne m'a plus quitté au point d'inventer une instru presque quotidiennement. Faire des chansons est la concrétisation d'un de mes plus vieux rêves et j'en retire une joie sans bornes. J'ai donc entièrement refait "Santo subito" du sol au plafond. J'ai raccourci, reconstruit, remixé et réenregistré avec du matériel de meilleure qualité ne conservant de l'original que les mélodies, les textes et la super pochette de Claire.

dimanche 4 février 2018

Sparkle

La chanteuse de rockabilly Sparkle Moore avec des fans au milieu des fifties