vendredi 29 juillet 2016

les français prêts à renoncer à des libertés



   " La surveillance de masse permet de bien repérer ceux qui sortent du lot : les journalistes qui enquêtent trop, les activistes qui posent trop de questions ou les représentants d’organisations ou de communautés considérées comme potentiellement subversives. Et c’est là finalement qu’on trouve le vrai problème de la surveillance de masse, et en cela elle rejoint le quadrillage des quartiers populaires : il s’agit de savoir avant tout le monde qui fait quoi, d’intimider, de limiter la parole politique contestataire et donc finalement de ronger peu à peu les principes démocratiques qui fondent l’Etat de droit. C’est donc la construction d’un Etat qui conserve les apparences démocratiques pour le plus grand nombre, mais qui devient de plus en plus autoritaire vis à vis de minorités clairement définies."

Entretien avec Francesco Ragazzi  21 Novembre 2015

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire