lundi 26 octobre 2015

Choose Life

une pochette signée Regis Turner, ils ne se refusent plus rien

Samedi dernier au Chapelier Toqué, ces vieux fous de Puissant Domota lançaient leur dernier disque. Pour mieux faire passer la pilule, ils avaient invité deux coaches belges particulièrement gratinés, Alek et ses Japonaises.  A coup de casios, de mélodies sirupeuses et de tapis de sols, les deux zigues ont réussi à faire exécuter un roulé-boulé à une collection de gamins sous Plan B et de retraités du twist. On pataugeait dans la sueur, la disco et le phéromone: je me suis fait voler mes deux protections d'oreilles et m'en suis aperçu une fois au lit. Question guérilla, les Domotas sont bien pires que les touaregs. Ça fait des années qu'ils tiennent cette ville par les lobes. Ils ont changé de nom x fois et utilisent leur pouvoir d'achat à faire chier les Tristus. Quand ils repèrent une trentenaire ou un quadra savourant ses cordons HI-FI made-in Rue du Port et qui coûtent un bras, ils lui glissent derechef un 33 Tours, une cassette ou un CD de leur confection. Leurs CD, c'est comme un virus: en général, c'est la membrane qui part en premier. Ensuite, la tête de lecture se met à radoter. Vous pouvez dès lors jeter votre pikeup sur les municipaux. Comment qu'ils font ? Je n'en sais rien. Mais le plus affreux, c'est quand la lune vire mélancolique et que les petits enfants se dépêchent de rentrer chez eux pour échapper au fantôme de Jay-Z, les Domotas se mettent alors à chanter des ballades, ou des furies sans queue ni tête, sans balance, sans étude de marché. Alors les DRH se jettent du haut du Costa Concordia, l'escadron d'éclairage et d'appui de la 7eme DB se met en grève et Olivier Bianchi ci-devant Maire visse le disque "Choose Life" sur un satellite en partance pour les confins de l'univers, histoire qu'on sache ce que fut l'humanité de Clermont-Métropole. Une dernière précision: au moment de souffler leurs quarante bougies, les Domotas se révèlent être les derniers shouters de Rythm'n Blues encore en activité ainsi que les nouvelles sensations jazz, électro, rock, punk, folk du moment.

3 commentaires:

  1. On ne se refuse plus rien effectivement !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. comme je ne sais pas si t'as reçu ma réponse je me permet une redite: je disais donc que tu as une sacrée belle voix et que ce disque est vraiment chouette. Je dirais même terrible comme on disait autrefois. Terrible par cette superbe collection sonore incroyablement jeune et terrible pour la production contemporaine.

      Supprimer
  2. he ben dis-donc, on te fait de l'effet ! merci beaucoup pour ces chouettes compliments en tous cas ! surtout qu'avec un disque bien différent des autres on savait pas trop à quoi s'attendre comme réaction, tu nous rassures un gros coup...

    RépondreSupprimer