samedi 20 juin 2015

The Selecter

Il est donc nécessaire d’encadrer plus rigoureusement la fête de la musique, ne serait-ce qu’en raison des débordements qu’elle provoque – l’an dernier, un malotru aviné s’est même permis de crier sous mes fenêtres jusqu’à deux heures du matin, et j’ai fini par y mettre fin moi-même en lui balançant plusieurs seaux d’eau froide, malgré les protestations de son public qui le prenait pour « le nouveau Dylan ».(...) La solution collectiste, une fois de plus, consiste tout simplement à restaurer l’ordre public par la sélection des plus aptes, en laissant de côté ceux qui ne se montrent pas dignes d’accéder à la culture. Trouvera-t-on le courage politique de la mettre en oeuvre ? Il est permis d’en douter.

Fernand Bloch-Ladurie - L'actualité

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire