jeudi 19 avril 2012

Jackie


 Robes de chambres lamées or et pantoufles en plumes d'archéoptéryx, Jackie pond un tube par semaine...

  Même Elvis n'en revient pas. Et pourtant c'est lui qui paiera les frais d'hospitalisation de Jackie lorsque ce dernier fera une énième et fatale crise cardiaque en plein show. Il faut dire que le professeur Wilson travaillera à une formule grandement volatile toute sa vie : allier la nitroglycérine du rythme and blues avec les potentialités inflammables du baryton. Et ça marche. En bonus : multi-toupie façon Taaz et grand écart sur les plateaux télés des fifties-sixties pour présenter la dernière nouveauté. Le jeune James Brown en sera marqué à vie. Mais c'est encore la chanteuse Etta James qui en parle le mieux : " A la grande époque du rock'n'roll, il n'y avait personne d'aussi magnétique que Jackie. C'est l'artiste le plus excitant que j'ai jamais vu sur scène et on avait l'habitude de le surnommer "The Dandy Man". Il était toujours fringué de façon incroyable arborant fièrement un clope à la manière de Jimmy Cagney. Même ses cheveux faisaient des trucs qu'on ne voyait pas chez les autres : lorsqu'ils lui tombaient sur le visage, il lui suffisait d'un léger coup de tête pour qu'ils se recoiffent exactement dans leur posture initiale. Lorsqu'on faisait la fête dans son appart' new-yorkais, il ne faisait jouer que ses disques. Et si on avait le malheur de mettre le disque de quelqu'un d'autre, il vous foutait à la porte..."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire