mardi 21 février 2012

Poète


Le 21 février 1944, Missak Manouchian et vingt et un de ses camarades sont fusillés par les allemands après une traque particulièrement efficace des Renseignements généraux français (l'actuelle DCRI). Rappelons que lorsqu'il n'écrivait pas de poèmes, ce grand amoureux de Verlaine et de Rimbaud menait la vie dure aux nazis. En cette période qui voit les préjugés revenir en force, on pense à toi, Missak, et on t'embrasse.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire